Interview de Véronique CAZIER

Extrait de la brochure ENRx "Les Parcs & Les relations Homme-Nature"

Cela fait 35 ans qu'elle guide bénévolement les curieux de nature au coeur du Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale. Assise au bord d'une mare, près de la Maison du marais de Saint-Omer, Véronique montre le ballet des martinets, décrypte le chant des batraciens, et raconte :

- La nature, c'est un moment presque de prière, d'union avec le créateur, dans ce sens-là, ça nous ramène à l'origine de la vie. Ce qui m'intéresse, c'est la rencontre. Communiquer, partager. Parce que je pense qu'on vit de plus en plus loin de la nature, on l'exploite de plus en plus et on est en train de faire de grosses bêtises. Ce qui sera détruit sera peut-être irréversible, moi ça m'affole. La nature, c'est un livre de vie, de connaissances qui peut nous donner les solutions pour réparer. Je suis devenue guide bénévole parce que j'ai cette frustration qu'on ne m'ait rien transmis. On perd le savoir.

Découvrir les habitants des mares autour de la poudrerie d'Esquerdes, les orchidées des coteaux d'Elnes, la forêt de Clairmarais : son association organise des visites dans des sites diversifiés.

- On se rend compte qu'ici dans la cuvette audomaroise, on a à la fois le marais, plusieurs forêts différentes, des coteaux calcaires avec une quinzaine d'espèces d'orchidées, des sites riches d'exploitation argilière... Nous en avons ciblé certains pour raconter une histoire aux gens, à la fois de la nature et du patrimoine. Parce qu'on ne peut pas isoler l'homme de la nature.