Interview de Véronique CASPARY

Extrait de la brochure ENRx "Les Parcs & Les relations Homme-Nature"

Le jeudi, c’est jour de marché pour tous les Amapiens et toutes les Amapiennes des « Paniers de Séraphine » à Senlis. C’est l’une des trois AMAP du PNR Oise- Pays de France.

Fidèle au poste, Véronique Caspary, adhérente, fait partie de ceux qui s’impliquent à 100%. Arrivée avant l’heure, comme une poignée d’autres, celle qui a choisi d’être «référente produits laitiers» (elle fait l’interface avec les producteurs concernés), aide à installer les stands, vérifie les listes, accueille les habitués.

Adhérer à une AMAP, cela fait partie de ma philosophie de la vie. C’est respecter les producteurs, minimiser les intermédiaires avec les consommateurs. Dans l’agro-alimentaire à grande échelle on se fiche de l’humain. À force d’ultra-consommer, on va détruire la nature. Personnellement, je privilégie le local, ici tous les producteurs sont bio.

Pour Véronique Caspary, une AMAP c’est

 - une petite touche à cet énorme chantier à mettre en place si on veut sauver la planète. Et c’est un vrai mouvement citoyen : participer à l’installation des stands, apporter ses cabas, assurer une permanence deux fois par saison, participer aux réunions et aux visites de producteurs... Ceux qui la pratiquent comme une sorte de supermarché ne restent jamais bien longtemps parce que ce n’est pas seulement une histoire alimentaire, c’est discuter, échanger des points de vue, entreprendre des choses pour aller mieux.