Interview de Rémi LE ROUZIC

Extrait de la brochure ENRx "Les Parcs & Les relations Homme-Nature"

Professeur d'histoire-géographie dans un collège, Rémi le Rouzic n'hésite pas à piocher des études de cas pour ses élèves dans la charte du PNR de l'Avesnois ! À Solrinnes, le petit village qu'il habite au cœur de la vallée de la Solre, ce Breton d'origine témoigne de son implication pour son fief d'adoption. Délégué communal au Parc pour Solrinnes, Conseiller municipal de Solrinnes, Président de l'Association de la défense de la vallée de la Solre, il fait également partie de plusieurs comités de pilotage : pour la gestion de la Solre et pour le suivi du site 39 (site Natura 2000 de la Haute Vallée de la Solre, de la Thure et de la Hante).

- J'ai été amené à m'intéresser à mon territoire par mon métier et surtout par l'Association de la défense de la vallée de la Solre, créée en 2001, pour mettre en place un plan de gestion de cette rivière, répondre aux problèmes des inondations et rétablir son cours naturel.

Pour lui, la nature est une harmonie d'équilibres.

- Adopter une démarche militante, c'est bien, mais cela doit être étayé par la proposition d'alternatives. La meilleure façon d'agir, c'est de s'intéresser à la biodiversité ordinaire, celle qui est proche de soi.

Empêcher la construction d'écrêteurs de crue sur la Solre, réaliser un inventaire communal de la biodiversité à Solrinnes, adapter l'entretien des espaces verts en conséquences, lutter contre les espèces invasives, installer des nichoirs pour chauve-souris, autant d'actions concrètes qu'il cite, où le PNR joue un rôle capital.

- Un Parc naturel régional peut aider à résoudre des conflits d'intérêt et faire dialoguer des acteurs aux enjeux et objectifs contradictoires... Ce sont des petites choses, mais qui, mises bout à bout, aboutissent à de grands résultats.