Interview de Nicolas SELVA

Extrait de la brochure ENRx "Les Parcs & Les relations Homme-Nature"

Ecole Jean Macé de Landas... bientôt la sortie des classes. Nicolas Selva prend le relais des professeurs pour emmener les enfants au jardin, dans le cadre des activités périscolaires qu’il anime. Cabane végétale, carrés potagers, rencontres de jardiniers locaux, ce paysagiste de profession fait mettre aux enfants la main à la terre... Il est aussi à l’initiative de l’Association «Nos Jardins de Campagne» (environ 80 membres amateurs de jardin). - Ce qui m’a amené à être paysagiste, c’est cette capacité à ressentir le vivant. On comprend beaucoup de choses quand on a cette sensibilité. Pour moi, la nature c’est l’équilibre, elle se débrouille toute seule. L’homme doit accepter de faire partie de cette nature. Dans des endroits dévastés comme Tchernobyl, elle se réapproprie l’espace et c’est exactement la même chose dans la région avec les terrils et les anciennes friches.

Originaire du Bugey, il a grandi dans la montagne.

La nature du Nord-Pas de Calais n’est pas la même. Ce qui m’a frappé ici, c’est cet effort de travailler justement à la protéger. J’habite une belle campagne. C’est une nature qui a été modifiée, travaillée, jardinée. Le but du Parc naturel régional Scarpe-Escaut, c’est ça. Faire en sorte que l’homme et la nature arrivent à vivre ensemble sur un territoire agréable, pourtant confronté à de nombreux enjeux, comme la pression humaine et urbaine.