Interview de Jean MALECHA

Extrait de la brochure ENRx "Les Parcs & Les relations Homme-Nature"

Professeur d’université en biologie animale, membre du Conseil national de protection de la nature (CNPN) de 2000 à 2004, de Nord Nature (la Fédération régionale des associations de protection de la nature du Nord-Pas de Calais), et du Groupement Ornithologique du Nord (GON). Jean Malecha, aujourd’hui retraité, s’est beaucoup investi pour la nature de son territoire. Fils de mineur, il a grandi près d’un cavalier de mine, à Somain.

- Cet endroit était doté d’une végétation extraordinaire. Depuis ma plus tendre enfance, j’ai été au contact de la nature.

Il habite Marchiennes, depuis plus de 40 ans, à deux pas de la Réserve naturelle du Pré des Nonnettes, gérée par le PNR Scarpe-Escaut. Une zone de 400 hectares mêlant marais, étangs, bois et prairies humides.

- J’ai toujours été un grand défenseur de l’environnement mais j’ai œuvré dans l’ombre.

Dans l’ombre mais pas sans efficacité, lui qui fut, entre autre, précurseur dans la prise en compte de l’intérêt environnemental des terrils et anciens sites miniers. Il donne toujours des conférences, participe aux actions du Conseil scientifique de l’Environnement Nord-Pas de Calais et à ceux du Conseil scientifique régional du patrimoine naturel, écrit des articles, voyage, même si, à 75 ans, il avoue « passer la main » après des décennies d’action en tant que représentant d’associations environnementales, que ce soit au Conseil départemental de la Chasse et de la Faune Sauvage, au SAGE Scarpe aval et bien sûr au PNR Scarpe-Escaut.

- La création du PNR a permis de mettre des barrières, des freins, à une exploitation de l’environnement trop destructrice dans cette région minière et industrielle. Il a su jouer un rôle très important dans la préservation d’un environnement favorable à l’homme, malgré la très grande densité de la population.