LE TRAIT DU NORD

Télécharger "Le plan de sauvegarde des chevaux de trait"

Télécharger "l'observatoire des races"

 
   
   

Description

Le Trait du Nord est un cheval de grande taille, charpenté, court, puissant, à l’ossature et à la musculature importante. Grâce à sa souplesse et à son engagement naturel il se déplace avec aisance.
 C’est un cheval très doux, doté d’un caractère facile.
 La jument mesure 1, 65 m pour un poids variant de 800 à 900 Kg, l’étalon mesure jusqu’à 1, 70 m pour un poids de 1000 Kg.

Origine

Le Trait du Nord appartient au rameau des races équines qui, vivait à l’époque quaternaire, dans les bassins de la Saône et de la Meuse.
 Cette souche primitive a quitté un climat rude et un sol schisteux pauvre en phosphore et calcaire pour trouver une région tempérée de plaines fertiles des vaux de Sambre et d'Escaut.
 Auxiliaire, jusqu’à la mécanisation, d'une agriculture résolument intensive, le Trait du Nord se développe, dans toutes les dimensions, et acquiert dans ce milieu un système osseux et des formes tout à la fois massives et harmonieuses.
 Si l'on considère que le pays constitué par ces riches prairies et plaines a formé l'ancien Comté du Hainaut (dont les principaux centres étaient Mons, Tournai, Nivelles, Cambrai, Valenciennes, Bavay, Avesnes )et le Duché de Brabant, dont Bruxelles et Gand étaient les plus beaux fleurons, l'origine du Trait du Nord ne peut sans conteste être située ailleurs que dans le Nord de la France et dans ce qui allait devenir la Belgique.

Localisation

L'aire géographique de la race est très vaste.
 Elle borde dans sa partie ouest la zone Boulonnaise, puis descend dans le sud jusquà la Nièvre, longe dans sa partie est toute la zone Ardennaise et Auxoise, sans qu'il soit possible de discerner la limite de sa zone d'extension de celle de ces deux dernières races.
 Actuellement le Trait du Nord dépend de la circonscription des Haras Nationaux de Compiègne (Oise) qui comprend les départements du Nord, du Pas-de-Calais, de l'Aisne, de la Somme et de l'Oise.

Débouchés économiques

Même si la boucherie reste un avenir pour la race. Les éleveurs préfèrent développer ses aptitudes aux travaux agricoles et forestiers par exemples le débardage, l’entretien des milieux naturels… également l’attelage de loisirs.

Quelques chiffres

200 juments mises à la reproduction
 25 étalons en activité
 plus de 100 éleveurs

Situation actuelle

Préoccupante:le nombre de naissances reste faible