Dunes et Estrans sableux

Une dune, c'est quoi ?

Une dune est une colline de sable formée par l’eau ou le vent. La végétation s’y installe au fur et à mesure de l’éloignement par rapport à la mer, contribuant à la fixation du sable et créant ainsi différents stades d’évolution : du sable nu des plages, à la dune en cours de formation (mobile car le sable est facilement repris par le vent) puis aux dunes de plus en plus fixées en fonction du développement de la végétation : dune blanche, grise, à fourrés et, enfin, boisée.

L’estran est la zone comprise entre les plus hautes marées et les plus basses marées. Quand celui-ci est recouvert de sable, on parle d’estran sableux, désigné par le terme générique de « plage » dans le langage courant. Cette zone est fortement remaniée par la mer et présente peu ou pas de végétation.

L’estran et les dunes présentent des caractéristiques contraignantes pour l’établissement de la végétation : embruns salés, vents parfois violents, apports réguliers de sable par le vent et la mer.

Les estrans sableux (ici, à proximité du Cap Blanc-Nez) sont le support de nombreuses activités de loisirs

Où les trouve-t-on en région ?

Les milieux dunaires et les estrans sableux sont présents sur une grande partie du littoral du Nord – Pas de Calais qui s’étend sur 130 km, dont une majeure partie dans le Pas-de- Calais. Les dunes occupent plus de la moitié de la façade maritime régionale.

L’orientation du trait de côte vis-à-vis des vents dominants de secteur sud-ouest va donner deux différents visages aux dunes :

-  sur la partie du littoral située au nord du site des Deux Caps, les dunes sont constituées d’un seul bourrelet sableux assez étroit et sont parallèles aux vents dominants. On les désigne sous l’appellation « dunes flamandes » ;

-  au sud du site des Deux Caps, les dunes sont massives et perpendiculaires aux vents dominants. Ces dunes sont constituées d’un bourrelet mobile en front de mer et de formations plus anciennes du côté des terres. Entre les deux, on trouve des secteurs plus humides (aussi appelés pannes) où apparaissent des mares constituées d’eau douce. Ces dunes sont décrites sous l’appellation « dunes picardes ».

Quelles sont leurs particularités ?

Les dunes ont longtemps été délaissées par l’Homme car elles ne sont pas propices au développement de l’agriculture. De plus, ces milieux sont de formation récente : certaines dunes n’ont que quelques siècles, les plus anciennes datant du Moyen Âge.

Dans notre région, le littoral a souvent subit les conséquences des grands conflits mondiaux et a notamment fait l’objet de fortifications et de modifications pour la constitution du Mur de l’Atlantique durant la Seconde Guerre mondiale. Il n’est pas rare de retrouver des vestiges de cette époque (blockhaus, par exemple) dans les dunes de notre région.

Aujourd’hui, les dunes, les estrans sableux et le littoral d’une manière générale subissent une pression humaine très forte en lien avec la fréquentation touristique, l’urbanisation, etc. qu’il convient de maîtriser pour conserver ces milieux.

 

 

Quelles espèces remarquables y trouve-t-on ?

Les espèces qui se développent dans les dunes sont adaptées aux conditions perpétuellement changeantes des milieux dunaires et savent résister aux embruns salés et au vent. Le sol retient très peu d’eau et est très pauvre en éléments nutritifs. Les espèces végétales et animales qui se développent dans les dunes sont fragiles, rares et menacées.

Selon le stade d’évolution des dunes, différentes espèces de plantes peuvent s’installer : le Chiendent des dunes dans les hauts de plage, le Cakilier maritime et l’Elyme des sables dans les dunes embryonnaires, l’Oyat et le Panicaut maritime dans les dunes blanches, la Tortule (mousse) et l’Orpin brûlant dans les dunes grises, l’Argousier et le Troène commun dans les dunes à fourrés, le Bouleau pubescent et le Peuplier tremble dans les dunes boisées. Les pannes humides accueillent des espèces typiques de milieux humides (Menthe aquatique, Parnassie des marais) dont certaines très rares (Liparis de Loesel).

De nombreuses espèces animales se développent dans ces milieux : des papillons (Sphynx de l’Euphorbe, Bombyx cul- brun), des coléoptères (Hanneton Foulon, Cicindèle hybride), des escargots, des oiseaux (Cochevis huppé, Pipit farlouse, Tarier pâtre, grives). Dans les pannes, on retrouve des amphibiens (Crapaud calamite), des libellules (Sympetrum jaune) et des oiseaux liés aux zones humides (chevaliers, canards, etc.).

 Le Crapaud calamite s’installe dans les pannes dunaires

Quelques chiffres-clés en Nord – Pas de Calais (d’après SRCE-TVB, 2014)

- Superficie  des  dunes   et   estrans   sableux   en   région : 15 552 ha
- 6,62 % des réservoirs de biodiversité

Quelques sites régionaux pour les découvrir grandeur nature

- Dunes de Merlimont (62)
- Dune Marchand (59)