Découvrir la nature dans les Parcs

 

1 - Un écosystème, qu'est-ce que c'est ?

Quelques explications sur cette notion indispensable d'écologie. Constitués d'éléments vivants et non vivants en interaction les uns avec les autres, n'oublions pas que l'homme fait également partie des écosystèmes !

2 - A l'ombre des arbres

 

La forêt est sans aucun doute l’écosystème le plus connu par le grand public car une bonne partie est accessible librement: elle est caractérisée par la présence majoritaire d’arbres. La plupart des forêts de la région Nord - Pas de Calais est située dans les Parcs naturels régionaux (forêts de Raismes-Saint Amand-Wallers, de Trélon, de Desvres ou encore de Mormal). Les forêts régionales contiennent à la fois des essences régionales (chêne, hêtre, frêne, charme, merisier, érable sycomore, aulne glutineux) mais aussi des essences non régionales qui ont été plantées principalement pour l’exploitation du bois (pin sylvestre, douglas).

Dans les sous-bois, il est possible d’observer des plantes communes à rares (digitale pourpre, tamier commun, cerisier à grappes, muguet, jacinthe des bois, osmonde royale, fougère aigle). La forêt accueille aussi de nombreuses espèces animales : écureuil roux, pic épeiche, geai des chênes, bécasse des bois, insectes… Et n’oublions pas la présence de nombreuses espèces de champignons, comme les amanites.

 

3 - L'eau sous toutes ses formes

Ils sont constitués de deux milieux: les cours d’eau et les zones humides.

Les cours d’eau régionaux ont un débit faible car la région possède un relief plutôt plat, d’où son surnom de «plat pays». Les activités humaines ont fortement modifié les cours d’eau aussi bien dans leur tracé (canaux pour la circulation des marchandises par péniches) que dans la qualité de l’eau (dégradation de la qualité de l’eau à cause des polluants agricoles et industriels. Les cours d’eau de la région abritent de nombreuses espèces de poissons dont une partie a été introduite pour les besoins humains (carpe, brochet, truite), d’insectes aquatiques et d’oiseaux.

Les zones humides sont à la limite entre la terre et l’eau. Derrière cette appellation, on retrouve des milieux assez faciles à observer: mares, étangs, marais, tourbières, prairies inondées, roselières, boisements humides. Les zones humides sont riches d’une biodiversité rare et menacée et accueillent de nombreux insectes (libellules, dytique), oiseaux (héron, butor étoilé, gorgebleue à miroir, blongios nain) et plantes (roseau, carex, joncs) tous adaptés aux conditions particulières qui y règnent. Elles jouent un rôle primordial dans la prévention des inondations et fournissent une grande partie des ressources dont l’homme a besoin (nourriture, chauffage, confection de matériaux textiles). Leur conservation est donc un enjeu majeur pour la survie de l’homme dans les siècles à venir.

4 - Les tourbières, hauts lieux de la biodiversité

 

Zoom sur des zones humides riches d'une nature exceptionnelle. Présentes dans les Parcs du Nord - Pas-de-Calais, les tourbières sont des lieux d'expression d'une flore adaptée, rare et menacée.

 

5 - Le bocage : un territoire agricole d'exception

Entre haies et prairies, le bocage est un paysage riche et fragile. Issu d'anciennes pratiques agricoles, le bocage accueille des essences d'arbres intéressantes tant pour l'homme que pour la faune.

6 - Les terrils, des collines dans le plat pays

 

Pour assurer son développement, l’homme a su tirer parti des ressources naturelles à sa disposition. Le sous-sol de la région Nord - Pas de Calais est particulièrement riche: charbon, sable, graviers, marbre, etc. L’exploitation du charbon a laissé de nombreuses traces dans les paysages, sur une zone allant de Béthune à Valenciennes: les terrils, accumulation d’éléments stériles sortis de terre pour accéder aux veines de charbon. Ce paysage typique de la région est très rare en France. Ces milieux atypiques présentent des caractéristiques particulières: le sol est instable par endroits et bien plus chaud à cause de l’inclinaison par rapport au soleil et à la présence de matériaux sombres qui accumulent la chaleur. La faune et la flore observées sur les terrils sont adaptées aux éboulis, aux conditions du sol et recherchent la chaleur: criquet à ailes bleues, lézard des murailles, tussilage, réséda jaune, etc. Cette biodiversité montre que les activités humaines n’ont pas toujours des conséquences désastreuses sur la nature et que cette dernière sait reprendre ses droits !

 

7 - Floraison d'orchidées sur les coteaux calcaires

A flanc de coteaux, les pelouses sèches recèlent de plantes exceptionnelles comme les orchidées. Les Parcs ont mis un accent particulier sur la préservation de ces milieux localisés au niveau régional et menacés à court terme.